Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 10:47

Pas très loin, j’ai un voisin prof. C’est le dernier vestige de la lutte des classes depuis l’éradication des ouvriers, des usines et des syndicats. À y réfléchir calmement, il ne s’agit pas de lutte des classes mais de confrontation avec la classe, cet ensemble de gamins mal élevés qui s’appuie sur des parents compréhensifs pour abattre l’éducateur.

Ce voisin a beaucoup de vacances. On le voit partir à l’arrivée des beaux jours, la pelle du dix-neuf juin (y’en a marre du 18) sur l’épaule vers des contrées chaudes et ensoleillées peuplées de populations colorées. Dans les temps anciens et merveilleux où le colon blanc venait défricher la savane, les Européens amenaient dans leurs bagages des maladies honteuses et des affections graves qui décimaient le pauvre natif. C’était un spectacle qui ne manquait pas de saveur ni de sel à défaut de piment. Maintenant c’est le contraire, l’autochtone refile sans vergogne son chikungunya ce qui est beaucoup moins rigolo. Mon voisin s’est fait piquer par un moustique. C’est dingue ! Il a donc passé son séjour rongé par la fièvre. Sa femme s’est éclatée sur les plages de sable blond. Il est rentré très fatigué et il est prêt à embrayer sur un congé longue maladie. Être en forme devant des enfants est une obligation, mieux, un devoir pour un enseignant et l’enseignant est un spécialiste du devoir.

Mon voisin est prof de sciences expérimentales. La partie expérimentale est assurée par une esclave. Blanche. Cela change des stéréotypes de l’esclave noire. Il n’y a pas de raison pour qu’un blanc ne soit pas non plus esclave. Halte à la discrimination et à la stigmatisation des couleurs.

La jaunisse s’est christianisée, elle est devenue maladie de foi.

Les gueules noires sont devenues des sales gueules.

Le petit noir n’est pas devenu le pygmée, mais le nain noir en concordance avec le nain jaune. Nain est aussi un mot inconvenant. Il faut dire de petite taille. Le petit noir est donc devenu jus de chaussette de petite taille. C’est plus simple de dire café.

L’esclave blanche prépare les expériences que le prof va foirer devant des élèves ébahis et goguenards. La vocation d’une expérience n’est-elle pas de rater lamentablement ? Une expérience réussie est un miracle ou une évidence. Alors l’esclave blanche remballe les éprouvettes et va faire la vaisselle dans l’arrière-salle obscure appelée laboratoire. C’est une souris de laboratoire et comme chacun sait les souris de laboratoire sont blanches. Chaque chose est ainsi à sa place.

Ce voisin prof est aussi syndicaliste. Il est seul dans son local. Le petit drap peau rouge est devenu le drapeau rouge pour éviter la stigmatisation des Amérindiens. Au fil des années il a viré au rose puis au blanc. Maintenant il est gris. Mon voisin prof syndicaliste évite les gros mots comme grève, sauf pour évoquer la plage. Quelquefois il susurre mobilisation, pas trop fort pour être sûr que personne n’entende.

Lorsqu’il rentre chez lui, le soir, après le travail, sa femme l’attend avec un rouleau à pâtisserie et lui demande de se mettre rapidement aux expériences ménagères. Le débouchage de l’évier est l’expérience la plus redoutée. Il faut d’abord qu’il trouve le siphon. Ce n’est pas le plus difficile, en général sauf détournement par un plombier vicieux, il est placé directement sous l’évier, mais, c’est là où le vice du plombier apparaît dans toute son horreur, en général aussi, difficilement accessible. Derrière l’étagère du placard de rangement de produits ménagers. À quatre pattes sur le carrelage humide, le prof dérange les fioles consacrées aux expériences de nettoyage. Il sort l’étagère, avance la tête et essaye de dévisser le cul du siphon avec la main droite. De la main gauche, il se tire un peu plus en avant et tourne la tête autour du filetage. Il ne voit rien car le placard sous l’évier n’est pas la partie la plus éclairée de la maison. Il pense qu’il va avoir besoin d’une clé multiprise. Sa pâtissière de femme, celle qui tient le rouleau, lui tend l’outil. L’homme de sciences essaye de l’attraper malgré sa position inconfortable, son épaule droite coincée le bras tendu, sa main gauche agrippée au sol et le torticolis qui gagne du terrain. Il s’extirpe de son antre, fais des exercices d’assouplissement, évite le regard de sa femme et dévisse le siphon avec la clé. Victoire ! Plusieurs mètres cubes d’eau stagnante gorgée de soude caustique utilisée par la femme pour fluidifier le transit dans les tuyaux se déversent sur le carrelage. Dans un geste aussi inutile que dérisoire mon voisin place ses mains en bouchon. Il se brûle à la soude et se fait un tour de rein de part la position inconfortable. Dans le flot tumultueux, l’amas graisseux qui obstruait le conduit s’est fait la malle. Il reste à remonter le siphon et éponger. La femme au rouleau de printemps, puisque nous sommes en Avril, s’impatiente. Elle frappe sa paume de main avec le rouleau à pâtisserie. Au bout de longues minutes d’une angoissante activité, la cuisine est nickel. Le prof commet l’erreur de vouloir valoriser son travail en ouvrant le robinet. C’est lui qui aurait du prendre la fuite, c’est l’eau qui s’écoule sur le carrelage. Gros progrès, l’eau est propre.

Du coup, les coups pleuvent.

Partager cet article

Repost 0
Published by PIGA - dans humour
commenter cet article

commentaires

Le Blog De Piga

  • : C'est la rentrée! Le blague blog de PIGA
  • C'est la rentrée! Le blague blog de PIGA
  • : C'est la rentrée, c'est encore la rentrée, c'est toujours la rentrée!
  • Contact

Profil

  • PIGA
  • Issu du croisement entre une solide lorraine et un léger gascon, j'ai attendu la force de l'âge pour m'investir dans la littérature et commettre des textes qui enrichiront les décharges publiques.
  • Issu du croisement entre une solide lorraine et un léger gascon, j'ai attendu la force de l'âge pour m'investir dans la littérature et commettre des textes qui enrichiront les décharges publiques.

Recherche

PIGA en librairie


Autres forfaits de PIGA...