Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 novembre 2011 7 06 /11 /novembre /2011 15:35

L’exercice incendie est un droit, un devoir, et en plus, un moment de convivialité et de détente. Tous les ans à la même époque, les textes réglementaires imposent un exercice incendie pour tester des capacités des élèves, des profs et accessoirement du personnel à brûler en un temps record face à un incendie. Exceptionnellement, la journée est interdite aux diabétiques, aux armes à feu et aux Paul à briquets (les Pierre sont aussi interdits).

 

Pour les classes de haut vol, celles du premier étage, une hôtesse de l’air intervient et explique les effets néfastes de la dépressurisation et de l’atterrissage forcé. Elle mime la descente des masques à oxygène qui vous propulse au septième ciel, elle gonfle et dégonfle ses airbags. Rassurante, elle insiste sur la rareté de l’éventualité d’un crash en plein vol d’une classe aussi chargée soit-elle. C’est bien connu, les phases délicates sont la rentrée du matin et le trou d’air du soir. Entre les deux, en l’absence probable du pilote, le pilote automatique marche très bien.

 

Mais il ne faut pas s’égarer, le propos est suffisamment important pour le traiter avec le sérieux afférent à la sécurité. La plaisanterie ne peut s’appliquer à tous les sujets et la dignité humaine et le caramel mou imposent un propos serein, à l’écart des phrases incendiaires.

Donc, revenons à l’exercice incendie.

Une sonnerie longue et lugubre annonce la mauvaise nouvelle, la terrible nouvelle, celle de l’incendie putatif.

Feu de joie, cri de joie chez les élèves. Ce n’est pas encore la saint Jean, mais déjà une flamme brille chez les pupilles. Ils échappent à l’interro surprise. Ils se précipitent vers la porte, le prof essaye de les canaliser. Les écluses lâchent, il est emporté par la fureur de la vague. L’écume aux lèvres, il rattrape le groupe qui s’amalgame aux élèves des autres classes. Les boute en train se muent en boute feu. La foule est bloquée par la porte pare feu qui s’est refermée pour contenir l’incendie mais elle contient aussi les élèves en panique. Ces derniers refluent vers l’escalier B gardé comme la prunelle de sa jeunesse par le chef adjoint. Il aboie quelques ordres, mais des centaines de jambes motivées lui marchent dessus ne manquant pas de lui savater le museau au passage et en toute impunité. Les gamins trouvent ça si marrant qu’ils repartent dans l’autre sens et lui passent une nouvelle fois dessus, s’essuyant largement les pieds sur le poil court et dru de la pauvre bête, je veux dire du pauvre homme.

A force de faire il ne reste aucune issue disponible et ces jeunes gens et jeunes filles sont obligés de sauter par les fenêtres du rez de chaussée.

La chute finale n’est ni longue ni douloureuse et au bout de courtes minutes d’une angoissante incertitude toute la communauté éducative se rassemble dans la cour et un rapide comptage indique de nombreux disparus.

Chez les élèves les pertes sont importantes, chez les profs, elles sont limitées, les administratifs, eux, sont tous là car ils brûlent moins bien que les autres.

Le lendemain tout rentrera dans l’ordre et les bistrots du coin auront rendu à l’éducation ceux qui avaient la gorge en feu, quant à celles qui avaient le feu au cul elles auront trouvé l’extincteur approprié à leur état.

Les porteurs de doubles foyers seront exclus définitivement.

Il paraît que l’an prochain on brulera des livres pour faire plus vrai

 

Cependant, le principe de précaution implique d’autres mesures. L’instauration du port du casque obligatoire sur le chantier éducatif,

La prévision d’éthylotests contre l’ivresse du savoir,

La restauration des statuts des enseignants avant l’érosion des connaissances,

La consolidation du socle friable des compétences,

Enfiler des chaussures de sécurité contre les évaluations couperet,

Acheter des boules quiés pour rester sourd à la connerie du matin et à celle du soir.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by PIGA - dans humour
commenter cet article

commentaires

Le Blog De Piga

  • : C'est la rentrée! Le blague blog de PIGA
  • C'est la rentrée! Le blague blog de PIGA
  • : C'est la rentrée, c'est encore la rentrée, c'est toujours la rentrée!
  • Contact

Profil

  • PIGA
  • Issu du croisement entre une solide lorraine et un léger gascon, j'ai attendu la force de l'âge pour m'investir dans la littérature et commettre des textes qui enrichiront les décharges publiques.
  • Issu du croisement entre une solide lorraine et un léger gascon, j'ai attendu la force de l'âge pour m'investir dans la littérature et commettre des textes qui enrichiront les décharges publiques.

Recherche

PIGA en librairie


Autres forfaits de PIGA...