Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 18:25

  frasne_village.jpg

 

Comme chaque année, la saison culturelle de Tripatouille sur Election magnifique bourgade du centre de la France, située dans une vallée verdoyante aux relents de fumier de cheval, sise près de l’usine de pâte à papier pour couvrir l’odeur du fumier, va s’ouvrir sur un spectacle exceptionnel concocté par le Directeur de la maison de la culture, maison close rebaptisée « espace culturel  Alain Possiblenulnétenu », époux de la grande résistante Aline Maginot, elle-même descendante en chromosome direct d’une gloire locale Vincent Gétorix surnommé le César de Tripatouille dont la statue grandeur nature en bonze thaïlandais trône au milieu de la fontaine qui crache un infâme liquide qui tient plus de la soupe de poisson de mer que du filet d’eau de source.

 

C’est un spectacle de danse, animé par la charmante Olga Nache, une vaillante sexagénaire avec toutes ses dents, un peu dure de la feuille, à la rotule capricieuse et au pas chassée à courre, mais dont le grand écart reste remarquable. Ancienne petite souris de l’opéra de Paris, ancienne petite suceuse du grand théâtre de Bordeaux, ancienne gardienne du placard à balais de Baccantes la Jolie, elle termine brillamment sa carrière à Tripatouille où elle a rencontré Igor Gonzola, cantonnier mais néanmoins amateur de pas de deux.

Il était l’un, elle était l’autre.

Ils ont monté le spectacle ensemble même si la dernière prise de poids d’Olga ne facilite pas les portés et accélère les jetés.

 

Le Directeur de la maison de la culture a convoqué le grand orchestre de Tripatouille avec la mère Denis au tambour de machine à laver, Maïté à la batterie de cuisine, Trois gros au piano sans queue, Pissedru joue du beaujolais nouveau et danse l’homme bourré.

Le tout mis en scène par Tanguy Yenapourunyenapourdeux dont le talent mondialement reconnu a fait le tour de la basse cour de la mairie de gauche tendance Brice Hortefeux, l’humaniste radical bien connu.

Le maire, un homme dont l’ouverture d’esprit permet l’entrée du vent du nord dans sa boite crânienne avec aération accélérée des neurones en fusion, accoudé au bar du milieu de la ville, appelé judicieusement « bar central », n’a eu qu’un mot : « patron-remettez-nous-ça ».

 

Un beau jour, je veux dire une nuit,

Au clair de la lune,

Ils sont venus, ils sont tous là,

Auprès de ma blonde,

A la queue leu leu, à à à…

 

 

 

Chorégraphie de Maurice Béjart, adaptée par Tanguy Yenapourunyenapourdeux. Musique de Béla Bartok mise au goût du jour par Pissedru.

Igor Gonzola est déguisé en femme, Olga est travestie en homme. Ce coup de génie du metteur en scène permet à Olga d’imposer sa masse musculaire et à Igor d’afficher une fraîcheur d’interprétation lui qui, par nature et éducation, est d’avantage porté vers la grognasse et la vinasse que sur la métaphysique du rêve.

En particulier le grand écart, vieux défi d’Olga, toujours essayé mais rarement atteint, butte sur la raideur jamais démentie de l’entrejambe d’Igor. La souplesse du périnée n’est pas son point fort. Le craquement de bois sec est suivi du crissement de la feuille déchirée accompagné du hurlement du loup aux abois précurseur du tombé d’Igor sur le sol en terre battue de la maison de la culture.

 

Silence gêné dans la salle.

L’ivrogne du premier rang ne s’arrête pas de boire, les dormeurs d’à côté ne s’arrêtent pas de ronfler, mais les téléphones portables s’arrêtent de sonner.

Arrivée remarquée des pompiers volontaires sous les hurlements d’Igor qui confond joie et douleur. Olga entonne le chant du départ. La mère Denis tourne à fond dans son tambour en mode essorage, les Trois gros mijotent sur le piano chauffé à blanc, Pissedru bourre en cadence une Maïté qui tape sur ses casseroles au rythme d’un orgasme s’annonçant prometteur.

 

Vivement demain, que Tripatouille sur Election se remette aux labours d’automne. La culture, il n’y a que ça de vrai !

 

p2.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by PIGA - dans humour
commenter cet article

commentaires

fanfan 08/12/2010 16:40


un spectacle digne de Rabelais! j'imagine le tableau! !


Serge 28/11/2010 18:03


charmant petit village .. surement ausssi avec du bon vin et du saucisson.. bonne fin de weekend


Le Blog De Piga

  • : C'est la rentrée! Le blague blog de PIGA
  • C'est la rentrée! Le blague blog de PIGA
  • : C'est la rentrée, c'est encore la rentrée, c'est toujours la rentrée!
  • Contact

Profil

  • PIGA
  • Issu du croisement entre une solide lorraine et un léger gascon, j'ai attendu la force de l'âge pour m'investir dans la littérature et commettre des textes qui enrichiront les décharges publiques.
  • Issu du croisement entre une solide lorraine et un léger gascon, j'ai attendu la force de l'âge pour m'investir dans la littérature et commettre des textes qui enrichiront les décharges publiques.

Recherche

PIGA en librairie


Autres forfaits de PIGA...