Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 septembre 2010 7 05 /09 /septembre /2010 17:27

 

 

On est rentré.

Gueule de bois.

Il est où le rosé frais ?

Et la sieste crapuleuse et la plage et la vuvuzéla …alouette.

Ce n’est plus le verre de rosé mais le vert de gris.  

Pourtant les occasions de rire existent. L’affaire Bettencourt, autrement plus palpitante que « Plus belle la vie », l’affaire Woerth, un homme de lettre, autrement plus palpitante que l’affaire Bettencourt, l’affaire…ari qui brûle mieux qu’un pin du Var. Les rugbymen qui sont talonneurs avant d’être à l’essai. Les footballeurs toujours bleus mais plus pâles avec Blanc.

Puis y a Aubry qui vaut Delors à La Rochelle, Sarkosy qui a Bruni à Brégançon et Bachelot devenue dingue aux antilles.

 

Le lendemain de rentrée est jour de fournitures. Fondamental ! N’allons pas imaginer un cours de math, long par expérience, s’écrivant sur un cahier petits carreaux format américain, alors qu’il doit exprimer son identité remarquable sur un cahier format européen, grand carreaux.

Et les couleurs ?

Rose pour les filles, bleu pour les garçons, jaune pour les transsexuels, gris souris pour les matous. De l’encre sympathique pour le premier rang, de l’ancre en fonte pour arrimer le dernier rang.

Qui dit fournitures, dit courses, qui dit courses dit supermarché. Qui dit supermarché dit stade  de la consommation, qui dit stade dit foule. Qui dit foule, dit concentré du génie humain.

 

Ils sont tous là.

Ceux qui ont bouché les autoroutes, ceux qui ont pollué les plages, ceux qui ont pissé dans les vagues, ceux qui ont éclaté leurs vélos, ceux qui ont englouti des mètres cube de pizzas, ceux qui sont passés du blanc au rouge, ceux qui ont perdu leur pucelage un soir de pluie.

Et puis y a les bestiaux. Souvent des chiens. Leur seul mode d’expression est l’aboiement. Et ils s’expriment les canins ! Attachés à l’entrée du temple, ils agressent tout ce qui bouge, mieux que le colosse de couleur qui garde le sanctuaire. Pour l’instant, lui n’a pas de laisse !

 

On trouve aussi des vieux retraités. (le jeune retraité a été inscrit au patrimoine des espèces en voie de disparition par le conseil de sénilité de l’ONU)

Ils sont réveillés à sept heures du mat (la nuit est un échec),

tous les jours,

ils choisissent de faire leurs grosses commissions le samedi à onze heures avec tous les autres. Histoire de briser la solitude du cabinet, de partager les expériences et de choisir le papier le mieux adapté aux circonstances.

 

Le gamin qui était déguisé en hareng à l’huile d’olive tellement il était badigeonné de crème solaire,

Ce gamin qui beuglait sous le parasol parce que son papa avait oublié son seau, un sceau à l’effigie d’Alliot Marie,

Ce gamin qui hurlait pour une glace à la fraise,

Ce gamin qui avait renversé sa glace à la fraise sur votre serviette, (il avait perdu la boule)

Ce gamin qui crissait des dents en mangeant son jambon beurre assaisonné au sable fin,

 

Ce gamin est là,

 

sa liste à la main, sa mère dans l’autre main, le chariot dans les mains du père

La grand-mère a été menottée à un poteau, dehors,  mais près du tourniquet d’entrée. Elle profite de la climatisation à chaque ouverture de porte. Le grand père reste momifié au fond de la voiture familiale, un Peugeot break de la grande époque, une sorte de bétaillère réquisitionnée pour le transport du cochon avant son évolution naturelle en tripes à la mode de Caen, en rillettes du Mans, en jambon de Bayonne, en andouille de Guémené ou pire, en farci poitevin.

 

Sauf crevaison, ennui mécanique ou tache d’huile sur le circuit. Sauf grains de riz dans un virage ou troupeau de pucelles traversant les rayons. Sauf erreur de conduite du caddy ou remontée impromptue de chiliens élevés sous la terre, la troupe va s’extraire des rayons, récupérer papi et mamie et va se préparer à affronter la dure réalité, celle de l’année qui vient où ce que le pire n’est pas encore arrivé mais qu’on le voit venir avec le discernement du rhinocéros chargeant dans la savane un ennemi dont il ne sait pas où il est, mais dont il suppose la présence.

 

Le surlendemain de la rentrée, c’est encore moins bien !

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by PIGA - dans humour
commenter cet article

commentaires

Le Blog De Piga

  • : C'est la rentrée! Le blague blog de PIGA
  • C'est la rentrée! Le blague blog de PIGA
  • : C'est la rentrée, c'est encore la rentrée, c'est toujours la rentrée!
  • Contact

Profil

  • PIGA
  • Issu du croisement entre une solide lorraine et un léger gascon, j'ai attendu la force de l'âge pour m'investir dans la littérature et commettre des textes qui enrichiront les décharges publiques.
  • Issu du croisement entre une solide lorraine et un léger gascon, j'ai attendu la force de l'âge pour m'investir dans la littérature et commettre des textes qui enrichiront les décharges publiques.

Recherche

PIGA en librairie


Autres forfaits de PIGA...