Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 18:41

 

 

Où deux plus un ne font pas toit.

 

images-copie-14

 

 

A Nichon la Gaillarde le beau temps est rare. Le dernier coin de ciel bleu a été aperçu au siècle dernier. Pour ceux qui n’étaient pas nés il existe de vieilles photos en noir et blanc. Elles donnent un aperçu très approximatif des rayons du soleil. Ainsi il existe des régions peu paradisiaques où les travailleurs devraient être payés double et les antidépresseurs donnés gratuitement sur la place du village, les jours de marché.

pluie005.gif

Cependant, nous sommes dans un pays nourri, pour l’instant, par un droit à l’éducation pour tous et, malgré les intempéries, les élèves du collège ne se privent pas du festin.

Dans le collège, pendant les heures d’activité, il existe, normalement, deux catégories d’élèves. Ceux qui sont en classe et ceux qui sont en permanence (terme approprié indiquant une situation provisoire). Donc personne ne doit traîner dans les couloirs à part quelques surveillants nostalgiques, quelques secrétaires dépressives, quelque chef d’établissement en chaleur cherchant à débusquer une proie facile pas trop regardante sur la marchandise.

Sauf que Mathieu, élève de cinquième, est un enfant turbulent qui n’aime pas la chaleur ouatée des salles de classe. Ça tombe bien, la salle de classe n’aime pas le Mathieu. Mathieu met toute son énergie créatrice à embêter son voisin de devant. Lorsqu’il a du temps libre dans son emploi du temps et qu’il lui reste un peu de courage, il se repose sur sa chaise, mâchouille un reste de stylo, baille jusqu’à la déchirure du muscle masséter.

Cela se termine par une sanction pédagogique dont l’intérêt et la pertinence n’ont jamais été démentis :

  • Mathieu dehors !

 

Toujours partisan des économies d’énergie, le gamin n’est plus rentré en classe pour ne pas avoir à en sortir. Dans le même état d’esprit, il s’évite des courses inutiles dans les couloirs et a installé son campement au rez de chaussée au carrefour du français et de l’histoire-géo.

 

dog-cartoon.gif


Au fil du temps, il a amélioré son confort et a amené des couvertures, un réchaud et dernièrement, un petit chien qui remue la queue.

Mathieu passe les journées et maintenant les nuits à se gratter les dessous de bras et à regarder circuler les autres, ses anciens coéquipiers.

Ses parents ne se sont pas aperçus de son absence, la communauté éducative feint d’ignorer sa présence, les sévices sociaux ont d’autres chiens à fouetter, les médias ne se sont pas déplacés. Bref, un cas dont la désolante banalité incite au mépris ou à la condescendance bienveillante.

 

Matthieu a grandi. Petit à petit il a élargi son domaine et squatté une salle de classe. Il s’est installé sous le bureau et, avec des couvertures, s’est construit une maison close où il reçoit des souris à la recherche d’un peu de fromage à grignoter.

 

images-copie-13.jpg

 

Les femmes de ménage contournent ces lieux dont l’odeur rappelle celle du bouc de montagne avant ses ablutions. Matthieu a entamé un timide dialogue avec les rétamés qui l’alimentent en canettes de bière. Les exclus de cours rejoignent cet espace, les maltraités de la cour y recherchent protection.

Bientôt une trentaine d’élèves sont présents dans sa salle. Quelques heures par semaine Matthieu y donne des conférences de savoir vivre sans domicile fixe. Il apprend à regarder de bas ceux qui le toisent de haut. Il enseigne la mendicité sans agressivité.

Le chef d’établissement a entériné ce fait accompli dans un ambitieux projet pédagogique où l'absence de solution est la meilleure des solutions.

La période la plus terrible est celle des vacances d'hiver. Le collège se vide, le chauffage est coupé. Le SDF allume du feu avec de vieilles tables cassées et économise ses provisions laissées par des élèves charitables.

 

Gifs-20Anim-E9s-20Feu-20-28101-29.gif

Des fois le Principal fait une ronde. Il lui demande ses papiers, lui propose un logement en foyer autre que le foyer socio-éducatif, lui prodigue des paroles chargées d'espoir et s'en retourne fourrer sa dinde.

 

Heureusement, de joyeuses perspectives s’annoncent enfin.

D’abord, Matthieu n’a jamais redoublé et il quittera le collège la tête haute. Ensuite, dans environ un an, Mathieu aura franchi la barre symbolique de la scolarité non obligatoire. Il sera libéré sans caution de l’Education nationale. Enfin, le printemps se pointe à l’horizon et avec lui de nombreux festivals de musique. Le futur ancien élève pourra suivre, avec des collègues rencontrés sous les cartons, les notes mélodiques et la baraque à frites de la mère Guez.

 

Peut-être reverrons nous un jour Matthieu, déguisé en enseignant, instruire une foule de blondinets sur les vertus de la marche à pied, du ciel chargé d’étoiles filantes, du litre de rouge qui tache, des joies de la vie en plein air.

 

SDF1-450x328.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by PIGA - dans humour
commenter cet article

commentaires

Le Blog De Piga

  • : C'est la rentrée! Le blague blog de PIGA
  • C'est la rentrée! Le blague blog de PIGA
  • : C'est la rentrée, c'est encore la rentrée, c'est toujours la rentrée!
  • Contact

Profil

  • PIGA
  • Issu du croisement entre une solide lorraine et un léger gascon, j'ai attendu la force de l'âge pour m'investir dans la littérature et commettre des textes qui enrichiront les décharges publiques.
  • Issu du croisement entre une solide lorraine et un léger gascon, j'ai attendu la force de l'âge pour m'investir dans la littérature et commettre des textes qui enrichiront les décharges publiques.

Recherche

PIGA en librairie


Autres forfaits de PIGA...