Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 décembre 2011 7 11 /12 /décembre /2011 17:47

 

images-copie-2.jpg

Le sakados est un petit animal familier qui naît avec la chute des premières feuilles et disparaît au début de l’été suivant. Les mieux entretenus peuvent vivre une année de plus, mais c’est rare dans une population soumise au stress trépidant de la vie collégienne. Les sakados s’accouplent à la mi juin et enfantent huit semaines plus tard, d’un ou deux petits. Les femelles coupent, elles même, le cordon ombilical qui les relie à l’emballage plastifié.

Les sakados sont en vente libre dans les grandes surfaces animalières situées aux abords des agglomérations. Malgré les nombreuses visites des services vétérinaires et les interventions réitérées de la SPA qui dénonce une maltraitance caractérisée, les pauvres bêtes sont entassées sur des rayons dans un espace vital restreint et une promiscuité incompatible avec la dignité de leur espèce.

Les sakados ont été facilement domestiqués car il n’ont pas de patte et doivent s’accrocher à un être supérieur pour se déplacer. Ils ont besoin de la chaleur bienfaisante d’un corps animé du désir de s’enrichir au contact de la connaissance dispensée.

Le sakados a un ancêtre, le sakamain, un animal plus petit et plus lourd, au cuir épais, qui s’est croisé, au fil des générations, avec des serviettes venues des côtes atlantiques et des marocains descendus de l’Atlas. Les mutations génétiques ont assoupli et plastifié sa peau, des bretelles ont poussé, rachitiques d’abord, plus larges et solides ensuite au fil de l’évolution millénaire des programmes scolaires.

Les poils sont tombés dans la main, laissant apparaître un épiderme coloré aux pigments diversifiés selon l’ensoleillement ou la région. Le sakados reste un herbivore capable de brouter des feuilles de velin dans les plaines humides coloriées à la gouache multicolore.

Le sakados se nourrit aussi de carton, mais il est important de rajouter à cet aliment de base des compléments nutritionnels riches en pointes de compas, en gommes et en mines déconfites de carbone.

Le petit déjeuner est primordial pour la santé du sakados et varie suivant la classe sociale de son maître. Si l’élève est en sixième, dix kilos de livres et de cahiers et de classeurs sont ingurgités tous les matins. Si l’élève est en troisième, un agenda de cinq cents grammes suffit.

Il est intéressant de noter là le principe éternel et universel des vases communicants. A mesure que la tête se remplit, le sakados se vide.

Dès l’entrée dans la cour de récrée, les sakados s’assemblent sous le préau, et devisent gaiement sur les conditions d’exercice des mathématiques, le panache blanc d’Henri IV et la vie souterraine des vers de terre.

Certains, plus fragiles ont droit à un traitement de faveur. Ils sont placés dans des sortes d’alvéoles appelées casiers tellement une cour de récrée ressemble à une ruche. A la sonnerie, le maître récupère sa bestiole et la traîne dans la classe. Alors, l’animal, secoué d’un spasme, déverse sur le sol, en un hoquet glauque, le trop plein du petit déjeuner. Encre noirâtre, feuilles déchirées, livres disloqués, preuves tangibles d’une alimentation trop riche.

Comme les chiens, les chats ou les grands-mères, le sakados s’identifie à son propriétaire.

Le sakados d’âne pour les mauvais élèves,

Le sakados rémi pour les musiciens,

Le sakados do pour les dormeurs,

Le sakados mage pour les magiciens,

Le sakados juan pour les plus beaux.

Partager cet article

Repost 0
Published by PIGA - dans humour
commenter cet article

commentaires

Le Blog De Piga

  • : C'est la rentrée! Le blague blog de PIGA
  • C'est la rentrée! Le blague blog de PIGA
  • : C'est la rentrée, c'est encore la rentrée, c'est toujours la rentrée!
  • Contact

Profil

  • PIGA
  • Issu du croisement entre une solide lorraine et un léger gascon, j'ai attendu la force de l'âge pour m'investir dans la littérature et commettre des textes qui enrichiront les décharges publiques.
  • Issu du croisement entre une solide lorraine et un léger gascon, j'ai attendu la force de l'âge pour m'investir dans la littérature et commettre des textes qui enrichiront les décharges publiques.

Recherche

PIGA en librairie


Autres forfaits de PIGA...