Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juillet 2013 5 26 /07 /juillet /2013 10:19

Les gamins n’ont plus d’éducation. Ils sucent la glace comme des analphabètes des langues étrangères.

Alors que l’utilisation de la langue devrait être au centre de toutes les préoccupations, voilà t’y pas qu’on la laisse tomber. Une langue tombée devient rapidement une langue morte.

A force de lécher les boules toujours du même côté, elles choient. Le père qui suit marche dedans et transporte la glace fondue de pavé en pavé. Sur le pavé d’été, peu de bonnes intentions, sous le pavé...

La mère, femme qui voit tout, elle qui a remplacé l’œil de Moscou, le radar ambulant détecteur de mauvaises nouvelles, se précipite sur le gamin et l’essuie avec un mouchoir en papier tiré du sac fourre tout.

Un grand sac en toile, moche et pas pratique. Il a traîné tout l’hiver dans le coffre de la voiture. Il s’est battu avec les courses du samedi matin. Il a essuyé le bidon d’huile de vidange. Il a failli être remplacé, mais il a été sauvé par les restrictions budgétaires. De « bon à être foutu à la poubelle », il est devenu l’ « irremplaçable et pas si mal que ça ».

Le mouchoir est imprégné d’huile solaire, de rouge à lèvre, d’un reste de sandwich. Il sent bon le bonbon à la menthe, le ticket de stationnement, la vieille clé rouillée et le sable moulu. Après un nettoyage énergique, le gamin, plus sale qu’avant peut enfin se consacrer au sorbet.

La couleur alléchante tache terriblement, fait crier les mamans, fait pleurer les enfants et boire les papas.

Le sorbet colle aux doigts.

Le sorbet ramollit le cornet, en dissout le fond, coule dans le décolleté, devient inaccessible dans l’immédiat, même pour les langues pendantes.

La glace est un rituel. Après la plage, elle rafraîchit les gosiers défraîchis, après la pluie de printemps, elle fait penser à l’été.

Le 14 juillet, soirée faste, elle sort le soir.

Elle se lèche la nuit avec tous les risques de confusion imaginables. A chaque explosion de pétard, le bras sursaute et l’œil se lève sur la belle bleue et label rouge type AOC. La glace est laissée en autonomie. Privée de radar, elle s’égare. Privée de transmission, elle dérape. Dans ces conditions, il est impossible d’amener la glace à bon port. La bouche s’ouvre sur le néant, elle se tord pour retrouver la nourriture, elle cherche en vain la framboise ou la vanille. Attiré par l’orifice béant un moustique tente sa chance. Il élit domicile sur la langue. Comme la langue bouge, l’insecte reste un « sans domicile fixe ». Dans l’Hortefeux de l’action, l’homme ferme sa bouche sans considération pour son occupant. La bête est écrasée entre le palais et la couronne. La noblesse n’est plus ce qu’elle était.

Le gourmand laisse tomber un œil, le cornet est vide et un chien baveux s’enfuit, traînant derrière lui une frêle vieille, accrochée par la laisse et dont les cris, étouffés par son dentier en pleine crise de castagnettes, sont couverts par le bombardement lumineux.

Les gendarmes de garde, alertés par vigipirate version jaune poussin arrêtent les perturbateurs. Ils tabassent le chien qui aboie des insultes et enferment la vieille pour port illégal de burka, sa jupe étant retroussée jusqu’aux oreilles.

Une de perdue, dix de retrouvées. Une colonie de vacances traverse l’esplanade. Suce qui peut. La glace coule à flot. Le mont blanc en plein réchauffement climatique.

Heureusement, il fait nuit et les abeilles dorment. Sinon, imaginons le carnage. Des milliers d’insectes s’abattant sur les enfants innocents qui n’auraient qu’un refuge, s’abriter sous la jupe des dames, la glace vanille-chocolat à la main. Les froids !

Pour l’heure, la marée basse et les marchands rentrent les glaces. Il faut les astiquer durant l’hiver pour les installer en salle l’été suivant.

Exit l’été, vive l’automne,

Exit la glace, vive la châtaigne !

La rentrée sent la châtaigne...et pendant ce temps AO nous a refilé ses chromosomes: ils étaient deux à copuler selon la police, au moins quatre selon les syndicats.

Partager cet article

Repost 0
Published by PIGA
commenter cet article

commentaires

Le Blog De Piga

  • : C'est la rentrée! Le blague blog de PIGA
  • C'est la rentrée! Le blague blog de PIGA
  • : C'est la rentrée, c'est encore la rentrée, c'est toujours la rentrée!
  • Contact

Profil

  • PIGA
  • Issu du croisement entre une solide lorraine et un léger gascon, j'ai attendu la force de l'âge pour m'investir dans la littérature et commettre des textes qui enrichiront les décharges publiques.
  • Issu du croisement entre une solide lorraine et un léger gascon, j'ai attendu la force de l'âge pour m'investir dans la littérature et commettre des textes qui enrichiront les décharges publiques.

Recherche

PIGA en librairie


Autres forfaits de PIGA...