Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 15:51

Le collège est tunique. Genre prêt-à-porter des grandes surfaces.

Le collège est trop long. De la sixième à la troisième, sans redoublement, la tranche de vie s’inscrit dans un plan quadriennal. Le temps pour mettre un président US go home. Et surtout, la tête de l’élève passe du minois imberbe du puceau angélique à la trogne boutonneuse de l’ado bordélique.

C’est grave, docteur ? Non, les symptômes sont classiques : montée de l’hormone au printemps, désagrégation du bulbe rachidien, engorgement des testicules.

A partir d’un certain âge, l’élève moyen subit des transformations physiques visibles de l’extérieur et certainement aussi de l’intérieur.

Il grandit. Ses membres s’allongent. Nantie d’une nouvelle ossature, sa maladresse cachée s’extériorise. Il se cogne aux portes, shoote dans les pieds de chaises, marche sur ses lacets, se rattrape à son voisin, se tape la tête contre le mur, s’effondre sur le bureau du prof.

La classe s’esclaffe. Encouragé, il se met à rire.

Un rire gras et niais, ponctué des soubresauts caractéristiques d’une adolescence heureuse pour lui, mais insupportable pour les autres.

Sa voix mue. Elle s’aggrave en sons caverneux, d’où, parfois, s’échappent des aigus témoins d’une enfance encore présente. Il est passé en peu de temps d’une voix d’outre mère à une voix d’outre tombe.

Le rire, dont il est question plus haut, découvre une denture en acier inoxydable.

Le fil de fer chromé et les plaques d’aluminium brillent de mille feux. La lumière se reflète dessus. Les fifilles admiratives se mirent dedans. Dedans, c’est pas terrible ! L’alimentation traditionnelle ne passe plus. Le fromage se colle aux attaches de fer, les pâtes s’ennouillent autour des vis, la semoule s’incruste entre les plaques.

Horreur!

La brosse à dents ne suffit pas. Il faut passer l’éponge abrasive.

L’ado aux dents d’acier se refuse à embrasser. Il n’emmêle pas sa ferraille avec le dentier barbelé de sa fiancée.

L’élève est un as de la communication numérique. Il démontre l’acclimatation perpétuelle de la nature humaine. Une nouvelle race est née.

Le télécon portable.

De loin, rien ne le différencie de son ancêtre, l’homo radio. De près des détails imperceptibles montrent un changement. Les yeux sont plus grands et plus sombres pour un meilleur confort pixélien. Les oreilles ont une forme standardisée avec branchement spécial pour écouteurs. Fini les anciennes normes, " décollées " ou " choux-fleurs ".

C’est IPADE ou BLACKBERRY. Le tympan, surdimensionné favorise l’effet surround.

L’élève est le roi du clavier. Son pouce aplati au bout lui permet de dégainer des SMS plus vite que son ombre.

Le portable sert à tout sauf à téléphoner. En maternelle il photographie sous les jupes des maîtresses. En sixième, il film les chahuts en cours. En troisième il passe et repasse les films pornos téléchargés sous la barbe d’ADOS PIS.

Entre deux ou trois ans, pour les enfants normaux, c’est l’âge de l’opposition. Ils disent non. Non à tout.

-tu manges tes légumes ?

-non ! non !

A quatorze ans, ils n’ont pas évolué.

- tu manges tes légumes ?

- non !

Il n’a pas évolué, mais le non s’est raccourci. Un seul mot.

Notre élève de troisième est épuisé. Il a vaincu son énergie première pour se projeter dans son énergie future, celle de ses quatre vingt cinq ans. Le matin, il manque de s’effondrer dans son café au lait. Il arrive au collège à la suite d’une longue et épuisante marche de cinq cents mètres, reprend son souffle ou ce qu’il en reste sur un banc salvateur. Il traîne son sac. Monte péniblement les escaliers et se laisse tomber, vide de force, sur la chaise la plus proche. Après ce n’est qu’un long chemin de croix. Il se trimbale de salle en salle jusqu’au soir; sa dernière heure est venue ? Non, il lui faudra éviter les questions pièges des parents et rejoindre sa couche, où là, les bras ballants et la mine exsangue, il reprendra les rares forces disponibles.

Il va affronter seul une interminable nuit comateuse.

Partager cet article

Repost 0
Published by PIGA
commenter cet article

commentaires

Le Blog De Piga

  • : C'est la rentrée! Le blague blog de PIGA
  • C'est la rentrée! Le blague blog de PIGA
  • : C'est la rentrée, c'est encore la rentrée, c'est toujours la rentrée!
  • Contact

Profil

  • PIGA
  • Issu du croisement entre une solide lorraine et un léger gascon, j'ai attendu la force de l'âge pour m'investir dans la littérature et commettre des textes qui enrichiront les décharges publiques.
  • Issu du croisement entre une solide lorraine et un léger gascon, j'ai attendu la force de l'âge pour m'investir dans la littérature et commettre des textes qui enrichiront les décharges publiques.

Recherche

PIGA en librairie


Autres forfaits de PIGA...